Conseil de photographie macro

Matériel, saison, sujet... découvrez-en plus sur la photographie macro !

Je découvre

Photographier la nature en macro

Découvrez les conseils de Florence Richerataux pour prendre de jolies photos macro d'éléments de la nature. Retrouvez-la également sur son site.

À quelle saison ?

Ca y est, la nature s'éveille, les fleurs pointent le bout de leur nez, les insectes commencent à virevolter dans les airs : c'est le printemps ! La saison idéale pour les photographes passionnés de macro /proxy photo, la lumière est encore douce, les contrastes ne sont pas trop tranchés et la profusion de sujets très motivante.

Quelle tenue adopter ?

C'est parti, on enfile la tenue adéquate ! Pour ma part c'est toujours : des chaussures de marche ou des bottes, un pantalon épais (à cause des épines et des ronces) avec plein de larges poches pour y mettre, entre autres, mes bagues allonge, ma batterie de rechange, un chiffon pour nettoyer mes objectifs et aussi pour ne pas perdre mes clés de voiture ! À vous d'adapter le reste au temps qu'il fera ce jour-là ...

Quel matériel emporter ?

Mon sac photo est toujours prêt, mais chaque sujet convoité m'oblige à une approche différente dans le choix des objectifs à utiliser, ce qui implique d'en emporter au moins de 6... en prévision.

Exemple : si je rencontre un tapis d'anémones Sylvie, je choisirai un 50mm pour mettre en valeur le sous-bois couvert de ces milliers de petites têtes blanches. Si je rencontre des scilles bleus et que je souhaite en immortaliser le c½ur, j'opterai pour un 100mm ou un 150mm pour me rapprocher du sujet et bénéficier d'une distance de mise au point plus courte.

Je suis une grande adepte des vieux objectifs M42 (monture à vis) qui étaient utilisés sur les appareils photo argentiques, ce sont eux qui me permettent d'obtenir ces bokeh texturés si particuliers. J'ai également toujours à disposition un flash et un trépied mais je préfère travailler à main levée et en lumière naturelle, ce qui exclut systématiquement les journées grises et sombres.

Trouver des sujets intéressants

À force de sorties et d'années de repérage, je sais maintenant ou aller et à quelle période de l'année pour trouver ce que je cherche. Il m'a fallu beaucoup de temps et de prospections (souvent infructueuses) pour en arriver là. Mais quelle richesse de découvrir par hasard d'autres espèces que celles que l'on croyait trouver sur un site !!

Ne pas hésiter à solliciter les autochtones, les agriculteurs et même les promeneurs. En effet, chacun aura une info intéressante à vous transmettre et la somme de toutes ces indications aura pour résultat un super « spot » macro !

Que ce soit pour photographier la flore ou la faune (je parle des insectes), les meilleurs plages horaires sont, sans hésitation : tôt le matin et en fin de journée lorsque le soleil est rasant. A part lorsque l'on photographie en sous-bois et que la lumière est faible. Dans ce cas, le milieu de journée sera beaucoup mieux adapté.

Au c½ur de l'hiver, n'oubliez pas de vous promener les jours de grand gel ; la nature y sera généreuse coté macro « graphique » et vous pourrez même souffler une bulle de savon au sol pour la laisser givrer et se parer de magnifiques rameaux givrés comme sur la photo à droite.

Prendre son temps

Il faut du temps, ne pas se précipiter pour courir faire 10 photos rapidement et rentrer ... c'est inutile et le résultat sera décevant. Avoir 2 h devant soi est un minimum, et plus si possible. Prendre son temps ; tourner autour du sujet, calculer la lumière, le meilleur angle, choisir l'objectif qui le mettra en valeur, essayer plusieurs objectifs et comparer les rendus.

Je peux prendre dix photos du même sujet, mais chaque prise est la continuité de la précédente dans la mesure où j'affine mon approche en me basant sur ce que je vois sur l'écran arrière de mon boitier. Après tout ça, je rentre à la maison décharger ma carte mémoire pour visionner ma « récolte » et je suis constamment surprise par des rendus de lumière inattendus, des bokeh incroyables, des couleurs chatoyantes que je n'avais pas remarquées à la prise de vue. J'appelle cela ma récompense !